HUG EXTOP

Reportage Catyph

Le visage des hôpitaux universitaires genevois (HUG) se transforme. Depuis 2019, l’entreprise de plâtrerie peinture Nobile & Martin SA, à Genève, est un acteur important de ce vaste chantier. Elle a terminé l’extension des blocs opératoires du centre hospitalier et participe à la réorganisation de ses urgences.

«Nous sommes satisfaits et heureux de pousser la technique de nos métiers à l’extrême », confie Anthony  Pelet, directeur de l’entreprise Nobile & Martin SA. Depuis 2019, la société de plâtrerie peinture s’est vue confier deux chantiers d’importance au sein des HUG. Des ouvrages qui visent l’amélioration de la prise en charge des patients au sein du complexe hospitalier

nobile&Martin.hug.jpg
n&m.hug.3.jpg

Matériaux de protection contre les rayons X

Tout d’abord, le projet appelé «Extop» s’est terminé assez vite après une année de travaux. On parle de la création de cinq salles d’opération neuves, ainsi que de l’extension du bloc opératoire des HUG. Nobile & Martin SA réalise tous les travaux de plâtrerie et de peinture. Anthony  Pelet précise : «Tous les plaquistes savent poser des cloisons, mais ici nous avons dû être encore plus attentifs à respecter toutes les règles de l’art, notamment pour les zones radioprotégées, compte tenu de l’enjeu pour la santé des patients. » Entre quatre et six de ses collaborateurs, à plein temps, y ont déployé leur savoir-faire. La particularité a été la création et la pose de cloisons «X-Ray » pour la protection contre les rayons X, tels que ceux émis par les IRM. Fournies par la société Rigips, ces plaques de plâtre, plus petites que les standards, se composent de matériaux plus écologiques que le plomb de l’époque et présentent l’avantage d’être 100  % recyclables. Les équipes de Nobile & les salles d’opération d’environ 40 m2 chacune, mais aussi tous les locaux techniques et leurs annexes. Martin SA ont œuvré sur de grands volumes. Elles ont équipé non seulement

De nombreuses contraintes techniques

Cette zone de soins entièrement construite sur une armature en béton a pu être reliée au bâtiment principal des HUG fin 2020. Le tout a été chapeauté par une entreprise renommée en Suisse pour le respect d’un plan d’assurance qualité strict. En effet, Anthony  Pelet remarque que « ce chantier comprend de nombreuses contraintes liées au respect des normes feu, hygiène, phoniques et de radioprotection. » Par exemple, les normes liées à l’activité de soins ont imposé l’utilisation de peintures antibactériennes et complètement lavables. Un défi global et gratifiant pour l’entreprise et la profession de plâtrier peintre. En effet, souligne le directeur: «C’est une belle opportunité de sortir de notre zone de confort, puisqu’habituellement dans notre CFC nous travaillons principalement des cloisons classiques pour des logements ou bureaux. »

n&m.hug.2.jpg
50681991872_28dec1e3ce_k (1).jpg

Un autre chantier au cœur des urgences

Forte de cette première étape de travaux dont le résultat a séduit les mandataires, Nobile & Martin SA s’est ensuite vu attribuer toute la partie plâtrerie et peinture du projet «PRRU», soit l’immense chantier de rénovation et de réorganisation des urgences. Un projet dont le budget total s’élève à 44,6 millions de francs pour les HUG et représente une part de chiffre d’affaires de l’ordre de 20  % du chiffre annuel pour Nobile & Martin SA. Planifié en neuf étapes successives pour permettre l’utilisation progressive des locaux rénovés, 75  % du projet reste encore à effectuer. Au final, la surface occupée par les urgences passera de 4300 à 6650 m2 (+ 54 %). Responsable de la direction de ces travaux, Antony Pelet explique : «  Après démolition et mises à nu des zones par un tiers, nous avons réalisé tout le cloisonnement et la séparation des pièces, dont certaines, avec protection contre des radiations, comme dans le chantier Extop. » Il poursuit: «Parallèle17 ment à ces travaux, nous avons également posé d’autres accessoires de protection contre les rayons à l’instar de châssis fixes vitrés conçus spécialement pour la radiologie. » Il y a donc eu un important travail de précision pour raccorder ces différents matériaux entre eux, confie le responsable

 

Travailler en pleine crise COVID

Ce d’autant que chaque rénovation de chambres qui composent les urgences devait être terminée selon un calendrier précis. L’enjeu: rendre ces espaces de soins disponibles le plus vite possible pour accueillir efficacement les patients. La rénovation a démarré en décembre 2019. Seul un quart des espaces est terminé comme l’unité d’observation ou la zone de radiologie. Restent encore entre autres la zone d’accueil, le service des ambulances ou encore l’esplanade. La crise sanitaire du coronavirus n’aura pas empêché l’entreprise de mener ce grand chantier à bien, compte tenu de dérogations exceptionnelles accordées par le canton de Genève aux HUG. Anthony  Pelet se souvient: «En mars  2020, l’incertitude liée au COVID et le stress des premières semaines ont laissé place à la détermination des équipes, avec la grande satisfaction d’accomplir des travaux utiles pour les patients admis aux urgences. » Il conclut: «C’est un formidable chantier qui nous occupera au moins jusqu’en 2023 et dont nous sommes particulièrement fiers puisqu’il valorise nos CFC. »

Yannick Barillon Journaliste RP - Article de la FREPP - Image de Romain Samson